Hommages

Parce que certaines personnes partent toujours trop tôt,
l’ ACS a voulu leur rendre hommage à travers des discours du cœur.

 

 

 

Hommage rendu par Mr GIBEAUX Fred à Mr PADILLA Noël :

 

 

 « Allez on ferme »

 

 

Il y a des personnes qui ne laissent pas insensibles. Des personnes qui comptent dans l’apprentissage de la vie pour d’autres. La famille, essentiellement, qui apprend à grandir et d’autres personnes qui apprennent à être. Noël est de ces gens-là.Il fait partie des êtres qui marquent une vie et qui orientent notre façon d’être après les avoir rencontrés.
Noël fait partie de ceux sur qui on peut compter, chose beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Sur qui on peut compter,c’est à la fois peu et beaucoup.

 

Véritable ciment entre les hommes, Noël appartient à cette race d’amoureux de la vie, inoxydables, capables de tous les excès pour ne pas trop s’ennuyer.

 

Les jeunes et moins jeunes qui, comme moi ont passé un bout de chemin avec lui pourront témoigner de son engagement, de sa solidarité et de son sens de la vie.

 

Noël, tu as décidé de mourir un lundi comme si mourir un dimanche n’était pas possible, le dimanche c’ est jour de rugby et c’ est jour de fête. Noël, tu es parti après une nuit d’ orage entrecoupée de ciel clair, un peu comme toi, mélange d’excès et de tranquillité. Noël avec un prénom pareil, tu es parti le lundi de pentecôte, sacré pied de nez à l’histoire.

 

Mais surtout Noël, tu vas nous laisser des images, des histoires, des mots qui resteront longtemps dans nos têtes, très longtemps même. Il y a des mecs qui comme ça gravent les mémoires et qu’ on trimballe avec nous, le reste de notre vie.

 

Et puis Noël, y’a cette voix, y’a cette phrase qui pourrait faire croire qu’il faut finir l’histoire mais qui en fait résonnera comme un écho dans les cœurs de ceux qui t’aiment et qui symbolise tout l’amour que tu portais aux autres: « Allez on ferme ! »

 

 

 

Hommage rendu par Mr BEAUDON Alain à Mr DUFOUR :

 

Marcel nous a quittés, et parmi les membres de notre association l’Amical club de Soissons rugby,
des images, des souvenirs reviennent dans les conversations et dans les têtes.
Chacune , chacun, les uns les autres se remémorent un moment, une anecdote, une cérémonie,
une organisation ou Marcel participe, ou parfois même il est maître de cérémonie.

 

Joueur à 17 ans au poste de demi de mêlée en 1938, il occupe des fonctions d’entraîneur, de dirigeant,
et deviendra naturellement le président d’honneur du club pendant de nombreuses années,
jusqu’à ce jour, même si depuis 2ans maintenant il ne fréquentait plus la main courante du stade.

 

Grand contributeur à la vie du club, il est de la partie dans différentes organisations ou manifestations orchestrées par le club,ainsi et pour n’en citer que quelques unes, il est dans le coup.

 

– Pour l’aménagement du stade, pour l’amélioration des conditions d’accueils et de jeu (les anciens vestiaires, l’ancien club housse).
Il travaille déjà à cet aménagement avant même que   le stade ne s’appelle Aimé Dufour mais porte encore le nom de stade Belin.

 

– Il contribue à la mise en place de la coupe des métiers de rugby, il en est le président du comité d’organisation.
Il est d, ailleurs très attaché à cette compétition. Une compétition de fin de saison, toute amicale instaurée pour le développement de notre discipline sportive.

 

– Il encourage et apporte son aide à l’organisation du Tournoi du Vase des écoles de rugby.
À cette occasion il participe à la conception des affiches il est membre du comité des sages à propos du prix du faire – play en particulier, qui récompense le comportement sur et en dehors du terrain.

 

Les jeunes, les enfants, et particulièrement l’école de rugby sont importants aux yeux de Marcel.
Il ne se lassera jamais de le répéter, de le faire savoir, de le faire valoir, afin que le club tout entier sans imprègne vraiment. Rassure-toi Marcel, tu as fait des émules. Ils sont nombreux ceux qui pensent comme toi et qui s’y dévouent.

 

Trouver d’autres mots pour évoquer Marcel n’est pas bien difficile, il suffit de puiser dans son parcours d’homme y compris au sein du club et notamment dans les écrits qu’il nous laisse.
Plus dure est de trouver ceux qui le caractérisent le plus, tellement ses qualités humaines, ses valeurs qu’il a su transmettre aux jeunes générations font l’unanimité parmi les adhérents, les licenciés qui l’ont connu.

 

Des mots comme bonté, gentillesse, solidarité, sagesse, simplicité, humilité, engagement, respect des autres, combativité, abnégation lui collent tellement à la peau qu’on se demande si cet homme là, comme tout le monde à des défauts.
Dans la joie comme dans des moments plus difficiles Marcel apporte une dimension humaine qui n’appartient qu’à lui.
Avec, très souvent, des formules qui correspondent vraiment aux moments vécus.

 

Marcel entre autre chose a accompli un gros travail d’archive (textes, photos, documents divers).
Il est notre archiviste, patenté, bien avant les outils modernes d’aujourd’hui.
Il a aussi réalisé un gros document qui retrace de larges périodes de la vie du club.
Mais au-delà de tout ce travail de tout cet engagement, il nous laisse sa grande expérience de la vie associative.
Il nous laisse surtout un exemple formidable.

 

L’amitié pour Marcel n’est pas un vain mot et il sait comme personne, la partager avec le plus grand nombre.
Il fait parti de ces femmes de ces hommes qui apportent aux autres sans rien demander en retour.

 

Exemple encore dans l’attitude, la droiture de Marcel qui parle des valeurs du rugby en y mettant ces ingrédients de courage, de loyauté, d’éducation, de convivialité autant de qualité qui fondent et qui font le sel de ce sport.
Ces valeurs ne sont pas garanties, il convient de les transmettre aux autres, aux plus jeunes afin que le slogan école de rugby école de la vie demeure une réalité.

 

Voilà, juste quelques mots qui sont loin de remplir la vie de Marcel mais sont ceux qui viennent en premier à l’esprit.

Dire encore notre amitié, notre affection à Mme Dufour, aux enfants à la famille.

Vous dire, la chance que nous avons d’avoir connu Marcel, d’avoir fait un bon bout de chemin avec lui et d’avoir beaucoup appris.

Vous dire encore à vous sa famille qu’au stade de rugby le mot Aimé n’est pas seulement le prénom du papa ou du grand papa.
Le verbe aimer s’accorde formidablement avec Marcel.

 

L’ACS rugby te dit merci.

 

Au revoir Marcel

Galerie